Comment choisir son coach sportif

Morgan Faure, jeune coach sportif professionnel, explique comment bien choisir son coach et décrypte les pièges à éviter pour ne pas se tromper.

Phidoo : Le coaching sportif est en plein développement depuis quelques années maintenant. Comment expliquer un tel phénomène ?

Morgan Faure : Plusieurs raisons expliquent ce fort développement, à commencer par l'apparence physique, à laquelle de plus en plus de personnes font attention. Une deuxième facette relève de l'aspect psychologique : les gens ont réellement besoin de se dépenser en-dehors de leur travail et de se défouler pour couper avec leur quotidien chargé. Dans cette perspective, le coach sportif va mettre au point des séances spécifiques et adaptées, permettant de se détendre et de bien s'entraîner, en plus de remplir un rôle de psychologue. Un autre élément, qui prend de plus en plus d'ampleur, concerne la notion de ‘sport-santé’. Beaucoup de personnes négligent leur hygiène de vie avant de se rendre compte qu'il y a du laisser-aller… Le sport peut permettre d’y remédier, et d’élever son métabolisme pour se doter d’une meilleure défense immunitaire.


© Peter Kim - Fotolia.com

Quels sont les avantages pour un sportif de haut niveau ou professionnel de se rapprocher et de s'associer à un coach sportif ?

Un coach sportif ouvert aux sportifs professionnels ou de haut niveau va cerner et corriger toutes ses carences, que ce soit au niveau des aspects proprioceptifs (lire aussi La Proprioception au cœur de l’entrainement), du renforcement musculaire profond, de tout ce qui concerne le stretching… Car le préparateur physique n’a pas le temps de tout faire. Le coach sportif peut également intervenir pour d'assurer les bases du sportif, pour ne pas qu'elles soient défaillantes, et soient bien entretenues régulièrement.

Il n'y a jamais eu autant de coachs sportifs qu'actuellement. Comment bien choisir et quels sont les éléments à prendre en compte pour faire le bon choix ?

Il faut faire très attention : le coach sportif doit être diplômé d’État ! Depuis quelques années, c’est une obligation pour exercer en France. Il s'agit du seul pays européen, voire dans le monde, où cela est le cas. Car, auparavant, quasiment tout le monde pouvait prétendre être coach sportif, alors que cette activité nécessite de nombreuses notions de biomécanique, de neurologie, de physiologie, des préparations physiques… Et ce, afin de bien répondre à toutes les attentes ! De ce fait, les coachs sportifs français sont très recherchés à l'étranger, comme en Suisse par exemple.
Le choix d'un coach sportif doit également se faire en fonction de ses attentes : certains vont être très forts en petits groupes, d'autres en surcharge pondérale ou en préparation physique… Il y a également un aspect relationnel : le coach sportif doit être avenant à la discussion car il y a un aspect psychologique dans sa relation avec le sportif. Tout coach responsable doit ainsi prendre au moins une demi-heure pour poser des questions, échanger, discuter, bien cerner les attentes pour organiser au mieux les séances.
Enfin, selon moi, le physique importe peu : le coach sportif ne doit pas être obligatoirement un athlète. Il doit être musclé, tonique, avoir un bon niveau sportif, être capable de démontrer tous les types de mouvements avec aisance et suivant les consignes de sécurité, sans pour autant être un sportif de haut niveau. Car le physique n'a aucune importance sur la qualité du coach sportif !

Y a-t-il des pièges à éviter pour ne pas se tromper ?

L'un des pièges facile à identifier, c'est l’absence de tests d’évaluation réguliers. Le coach sportif doit fréquemment faire des tests, que ce soit au niveau de la souplesse, de la puissance musculaire, de la résistance musculaire, des mesures corporelles pour les personnes visant une perte de poids… Car le coach sportif a des objectifs à remplir, avec un suivi de A à Z.
Il faut également faire attention à ce que les entraînements ne soient pas trop routiniers. Chaque séance ne doit pas forcément être différente, mais il faut expliquer dans tous les cas l’intérêt de la séance. Il y a d'autres pièges à éviter, comme les coachs sportifs qui ne connaissent pas les pathologies humaines : ménisque, hernie discale, ligaments croisés, cervicales… Car beaucoup de personnes prennent un coach sportif pour se reforger après une pathologie, et repartir sur de bonnes bases : ce que l’on appelle la ‘réathlétisation’. Il faut donc un minimum de connaissances en anatomie !

Propos recueillis par Julien Pompey

   et   J'aime ça
Gérard Vaillant
Merci j'ajoute un élément que je trouve important : le fitting comment je me sens en confiance avec cette personne qui va devenir mon coach ;-)
Recharger le code